Bonjour

Clément Séger, éleveur de poissons panés, de poussins couveurs de nuggets, de fouines à carapace, fabricant de matériels audio de pacotille, sculpteur de tumeurs, dompteur d'objets indisciplinés, politicien de comptoir, s'amuse à transformer ferraille en technologie, bois en or, bouffe en plastique . Titulaire d'un CAP +5, issu d'études en ébénisterie puis banni de l'ENSA Nancy à cause d'une blague de mauvais goût en 2015, il est diplômé d'un DNAP financé par Michelin obtenu à Clermont-Ferrand en 2016. EN 2018, il finit par obtenir le DNSEP à l'ENSA Bourges où il a passé deux ans à développer un univers apocalyptique, témoin d'un futur antérieur, où s'entremêlent vidéos, sculptures, installations, photographies, textes. Dans la majorité de son travail émerge une dimension critique autour de l’écologie, de l’argent, de la guerre, de la mort et de la vie (anthropocène).


En octobre 2018 il monte la Baie Noire, lieu associatif de concert/ performance  à Bourges (18) (ont pu performer Charles Pennequin, les Chevals Hongrois, Mezerg, Steak, Taxi Kebab, Hank!, ...).


En 2017 il monte le groupe Bazar Laqué avec Sarah Vigier. Le groupe a pu se représenter au Creux de l'Enfer (Thiers 63), à Porto (Portugal), dans la galerie In Extenso (Clermont-Ferrand), aux rencontres Tropisme(s) (Chanonat 63), ...


Depuis septembre 2018 il vit à Thiers dans le Puy de Dôme où il travaille en tant que sculpteur. Là bas il fait aussi parti d’un nouveau projet de lieu associatif, de résidences artistiques ainsi que d’exposition dans une ancienne coutellerie.


Il fait également partie du collectif Pendulum, issu de la promotion 2018/2019 du post diplôme Art et Création Sonore de l'ENSA Bourges, dans lequel il développe le Membraphone : une batterie électronique qu'il utilise pendant ses lives, instrument fait de fortune, un set de 8 hauts parleurs branchés en tant que microphones, tapoté ou tapé, balancé et trafiqué en MAO.